Dans le monde entier les enfants bénéficient désormais des derniers savoir-faire résultant des récentes recherches des neurosciences. Voici donc une présentation de l’expérience BRIGHTER MINDS, qui renforce non seulement l’intelligence mais aussi les capacités intuitives et créatives de l’enfant et prend le parti de la neuro-plasticité.

« Si l’aptitude à apprendre est un don et la capacité d’apprentissage une compétence, la volonté d’apprendre est un choix », dit Bryan Herbert. Pouvons-nous les améliorer tous les trois ? Quelle part, dans cet apprentissage, est prédéterminée et quelle part en est modulable ? Que se passe-t-il véritablement dans le cerveau pendant que nous apprenons quelque chose ? Existe-t-il des outils  et des méthodes permettant d’améliorer constamment notre efficacité et notre expérience en matière d’apprentissage ? Telles sont les questions que nous avons examinées, à Brighter Minds.

Des découvertes récentes dans le domaine des neurosciences, et plus particulièrement dans celui de la neuro-plasticité, laissent supposer qu’il nous est constamment possible d’apprendre. Le processus de l’apprentissage est le résultat de tout un ensemble de connexions et reconnexions établies entre les 80  milliards de cellules cérébrales ou neurones qui constituent le cerveau humain, chacune de ces cellules étant potentiellement capable d’établir  plusieurs milliers de connexions avec les autres cellules. On peut dire que l’apprentissage est directement proportionnel au nombre de connexions possibles pour le cerveau d’un enfant. Les scientifiques ont observé que les connexions commencent à se faire très tôt après la naissance. Tout d’abord, elles se font au rythme impressionnant de 2 millions par seconde, et lorsque l’enfant atteint l’âge de 2 ans, le cerveau a déjà établi plus d’un trillion de connexions. Ensuite, le nombre de ces connexions commence à diminuer, notamment pour celles qui ne sont pas utilisées, et à l’âge de 12 ans, 60% de ces connexions ont été abandonnées.

Ce à quoi l’enfant est exposé entre 2 et 12 ans va donc déterminer la part du cerveau qui restera connectée et, en conséquence, la quantité de choses qu’il pourra apprendre. Cela nous enseigne également que ce groupe d’âge est important et qu’il requiert toute notre attention. De nouvelles preuves nous indiquent que des outils appropriés et un apprentissage entrepris dans un environnement incitatif peuvent stimuler la neuro-plasticité du cerveau durant cette période d’âge et même au-delà.

 

La pédagogie Brighter Minds et ses outils

S’inspirant de la vision d’un monde qui demain sera  plus lumineux et des indices fournis par les dernières avancées des neurosciences, notre équipe Brighter Minds a développé un programme innovant pour l’apprentissage des connaissance destiné aux enfants. Notre mission consiste à motiver et à fournir aux enfants des outils et des méthodes leur permettant d’améliorer leur fonction cognitive pour accéder à l’excellence personnelle et leur insuffler la confiance en soi. Le programme permet d’enrichir le quotient intellectuel (QI) de l’enfant, mais aussi son quotient émotionnel (QE), lequel est reconnu comme étant un élément vital dans la résolution efficace de tout problème se posant dans le monde actuel.

La pédagogie Brighter Minds (BM) se base sur la neuro-plasticité inhérente à notre cerveau. Plus spécifiquement, elle met en jeu les quatre piliers que représentent un esprit calme, un environnement chargé d’amour, un entraînement multimodal à l’acquisition des connaissances, et la substitution sensorielle.

 

Un esprit calme

« Fiona, calme-toi et concentre-toi. Détends-toi et concentre-toi sur le sujet.  Tu es trop agitée et trop distraite », dit le professeur.

« Comment faire pour calmer mon esprit, Madame ? » demande Fiona. « On dirait qu’il a sa propre volonté. »

Combien parmi nous ont-ils bénéficié d’une technique concrète leur permettant de retrouver le calme et modifier profondément leur manière d’acquérir des connaissances ? Regardons d’un peu plus près cet impératif. Un esprit calme et détendu a la réputation de relancer le sens de l’observation aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Une meilleure concentration crée un état de conscience de soi plus élevé, elle nous rend plus sensible à notre environnement et développe notre empathie envers les personnes qui nous entourent. Cela permet également de mieux comprendre la nature de nos relations avec les autres et en général d’avoir une meilleure confiance en soi. Nous avons suffisamment de preuves pour pouvoir dire qu’un esprit calme est un esprit potentiellement très créatif. Les personnes qui méditent ont la réputation d’avoir établi davantage de connexions neuronales entre les différentes parties de leur cerveau, et plus particulièrement celles qui son associées à la possibilité de se concentrer, à la confiance en soi et aux facultés auditives et visuelles. À BM, lors de notre recherche nous avons découvert que les enfants parvenaient à un niveau de relaxation plus profond et s’endormaient dès qu’une musique apaisante était émise en toile de fond. En se réveillant, ils apprenaient à  accomplir efficacement de nouvelles tâches et un test qualitatif a démontrait que la neuro-plasticité de leur cerveau leur permettait d’avoir une plus grande capacité à se représenter leur environnement.

Dans le programme BM, les enfants sont guidés au moyen de techniques telles que la Relaxation Heartfulness et d’autres techniques de respiration simples et efficaces inspirées du yoga traditionnel et conçues pour activer le systèmes parasympathique. Une musique brevetée produisant des ondes alpha pour entraîner le cerveau de l’enfant à percevoir des fréquences comprises entre 8 à 12 Hz sur la bande de fréquence d’un électroencéphalogramme (EEG) est également jouée au cours de chaque séance. Des recherches scientifiques ont révélé que les enfants atteignaient un profond niveau de concentration et de sommeil pendant qu’une musique de cette fréquence était jouée en toile de fond, et qu’à leur réveil ils étaient capables d’atteindre des niveaux de connaissances cognitives beaucoup plus élevés.

 

Un environnement chargé d’amour

Un environnement stressant rompt dangereusement l’équilibre émotionnel des enfants en les rendant beaucoup plus réactifs. Des remarques négatives, la pression des camarades, une compétition et des attentes exagérées, et tout autres sortes de stress ont la réputation d’affecter l’humeur et plus globalement la stabilité émotionnelle et l’équilibre de l’enfant. On sait qu’un stress permanent peut affecter la structure du cerveau et donc l’empêcher d’apprendre. En revanche, l’amour, des suggestions positives et la confiance dans les capacités de l’enfant ont le pouvoir de transformer sa stabilité émotionnelle et son équilibre. On sait également que la méditation et les exercices physiques réduisent le stress chez les individus.

En général, les facilitateurs chargés de mettre en œuvre le programme BM méditent régulièrement, ils sont patients, intérieurement sereins, et ils ressentent et comprennent intuitivement les besoins effectifs des enfants. Leur communication verbale a pour qualité d’être positive, encourageante, capable d’apprécier, et exempte de toute remarque négative. Elle vise au contraire à rendre l’enfant plus confiant en lui-même. Les parents et ceux qui ont la charge des enfants sont invités à aider ces enfants dans leur pratique hebdomadaire, ce qui leur permettra de renforcer le lien familial et social. Au début de chaque séance, une période de 10 minutes pendant laquelle les enfants sont en cercle permet aux enfants et au facilitateur de visualiser leur affirmation de soi, de se rassurer par des remarques positives faites les yeux fermés, et aussi de ressentir une profonde auto-empathie et acceptation de soi. Des vidéos ludiques et motivantes ainsi que des messages susceptibles de déclencher le rire sont passés durant les séances, et pour finir, les enfants sont encouragés à s’exprimer en notant ou en dessinant dans leur journal les sentiments et les émotions qu’ils ont ressenties au cours de la journée.

 

Un entraînement multimodal à l’acquisition des connaissances

Le troisième pilier de la pédagogie Brighter Minds s’appuie sur les deux premiers, à savoir un esprit serein et un environnement chargé d’amour. Une publication scientifique récente parue dans la revue Nature fait état des résultats probants obtenus dans la recherche sur les améliorations obtenues dans l’acquisition des connaissances grâce à des formations multimodales assurées sous la forme d’interventions cognitives, physiques et neuroscientifiques. Le programme BM prend en compte ces trois modes d’intervention, c’est-à-dire des exercices sous forme de danse et d’aérobic, des exercices mentaux demandant des compétences motrices complexes accomplies avec les deux mains et les deux jambes, mettant en œuvre les deux hémisphères cérébraux et tout autres défis d’ordre cognitif.

 

Une substitution sensorielle

Le quatrième pilier de la pédagogie transformative BM prend la forme de la surprenante neuro-plasticité connue sous le nom de substitution sensorielle. Le Professeur Paul Bach-y-Rita a dit : « Nous voyons avec notre cerveau, pas avec nos yeux. » C’est le cerveau qui voit, entend, touche, goûte et sent les odeurs, et c’est pour cela que nous pouvons rétablir ses circuits de manière à voir avec les sens du toucher, de l’ouïe, etc. Alors que Bach-y-Rita a fait état de ces recherches sur les personnes en situation de handicap sensoriel, BM les applique aux enfants sains en utilisant un simple bandeau pour effectuer des exercices ‘à l’aveugle’. On a pu observer que cela permet de voir comment améliorer les capacités créatives et intuitives des enfants.

Après avoir observé plus de 6 500 enfants pratiquer cette substitution sensorielle, il nous a semblé que les techniques de relaxation avaient une forte influence sur leur capacité à faire preuve de substitution ou d’amélioration sensorielle. Ce que nous avons surtout pu observer, c’est que la substitution sensorielle chez les enfants se fait souvent parallèlement à des changements de comportement, tels que une meilleure capacité de l’observation, de l’empathie, de la créativité et de l’intuition. Le résultat est que les enfants ont fait preuve d’une plus grande maturité émotionnelle et sociale. Ils étaient mieux à même d’aborder les défis intellectuels et sociaux, par exemple, et ils étaient capables d’affronter la pression et les quolibets de leurs camarades ou d’être plus efficaces face au stress habituel causé par les examens.

Ces outils et ces techniques sont présentés via la neuro-plasticité pendant une session de 9 semaines, et on s’attend à ce que les changements obtenus le soient pour toute une vie s’ils sont régulièrement pratiqués et inculqués dans les modes de vie des enfants. Cela les prépare à mieux aborder la période de l’adolescence qui, au niveau émotionnel, peut être cause de désordres, car c’est la période où le cortex préfrontal est encore en plein développement. S’ils se sont construits à l’aide d’une formation BM, les enfants seront mieux préparés et outillés pour se plonger dans les techniques plus avancées de la méditation après l’âge de 15 ans, ce qui leur servira de support pour tout le reste de la vie.

 

Recherches et découvertes

 Même si chaque élément du programme a été sélectionné après un examen complet de la littérature scientifique, une équipe de neuroscientifiques, médecins et autres experts sont en recherche permanente pour essayer de comprendre si BM, dans son ensemble et du fait du kit d’outils qui lui sont intégrés, est efficace pour obtenir le changement attendu. Les premières expérimentations et recherches n’ont pas uniquement été utiles à la conception de ce programme, mais elles ont aussi  montré que l’on pouvait obtenir des résultats très encourageants. Les parents nous ont dit avoir constaté chez ceux de leurs enfants qui avaient participé au programme une plus grande concentration, plus de facilité à apprendre et à mémoriser, un meilleur équilibre au niveau émotionnel, davantage de confiance en soi, d’empathie et de sérénité.

L’un des parents et facilitateurs, Upma Rajasekhar, dit : « Mon fils a tellement changé et a si bien évolué après seulement deux jours de formation que nous avons senti qu’il y avait là quelque chose dont tous les enfants du monde devraient faire l’expérience. Nous sommes émerveillés par la capacité qu‘ils ont alors à apprendre plus rapidement et la manière dont leur mémoire s’améliore. Leur intuition se développe, ce qui les amène à se montrer plus confiants dans leur vie quotidienne. Ces enfants ont une personnalité agréable ; nous ressentons qu’ils dégagent beaucoup plus d’énergie. »

Si les résultats obtenus  lors de cette première phase étaient positifs et encourageants, ils ont surtout été observés chez des enfants dont les parents étaient déjà motivés – parents issus de grandes cités urbaines et de couches socio-économiques supérieures. Le programme de la deuxième phase a donc également inclus des enfants économiquement désavantagés et venant de milieux ruraux. Durant l’année 2017, l’administration du district de Mahabubnagar, dans le Telangana, en Inde, a permis de former 2 500 enfants répartis sur les 12 pensionnats du département. Des chercheurs de l’extérieur ont été engagés pour évaluer l’efficacité du programme, ainsi qu’une équipe multidisciplinaire composée de personnes compétentes dans le domaine de la santé publique et en matière d’évaluation, de psychiatres et de psychologues. À eux tous, ils ont développé des outils et des métriques standards et objectifs, et ont mené des enquêtes transversales  avant et après que les enfants aient suivi cette formation.

Ils ont constaté que la faculté d’attention des enfants s’était accrue de manière significative, soit 48% en 8 semaines, que le temps passé à obtenir de tels résultats s’était amélioré de 21%, et que leur faculté d’observation s’était améliorée de 43%. Les enfants ont également fait état d’aspects plus profonds ayant fait l’objet du test, tels que les émotions et les sentiments, en fonction de leurs propres expériences personnelles. Les tests de mémoire ont révélé  des changements positifs aussi bien en ce qui concerne la mémoire immédiate que le rappel de souvenirs plus lointains. De plus, les professeurs ont remarqué que les enfants étaient plus calmes, qu’ils s’exprimaient davantage et participaient plus volontiers en classe, qu’ils faisaient preuve d’une plus grande capacité d’attention, se concentraient mieux et se laissaient moins distraire ; ils étaient moins hésitants lorsqu’ils s’adressaient à leur professeur pendant la classe, ce qui signifiait qu’ils avaient davantage confiance en eux. Ils ont montré que leur mémoire était bien meilleure et qu’ils savaient se discipliner. Les professeurs ont également souligné que le programme devrait démarrer au début de l’année scolaire afin que les élèves puissent en tirer un meilleur parti pour le reste de leur cursus. Suite aux bons résultats obtenus lors de cette étude, sur une période relativement courte de moins d’un an, près de 2 500 enfants ont pu participer au programme BM au moyen de méthodes de formation institutionnalisées et durables.

 

Voici quelques exemples de ce que des enfants du monde entier ont pu en dire :

« Je suis Sharad Babu et j’ai 13 ans. Le programme m’a donné confiance en moi et je n’ai plus peur de rien, car j’ai beaucoup plus de courage maintenant. Le plus grand bienfait que j’en ai retiré est que je suis désormais capable de beaucoup mieux me concentrer en classe et que finalement j’arrive à bien comprendre les sujets. Ma capacité de mémorisation s’est améliorée et j’ai réussi à augmenter mon niveau de compréhension. Je n’ai donc plus besoin de travailler aussi dur pour les examens. Je suis aussi plus calme et plus détendue, quelle que soit la situation. J’ai développé un bon sens de l’observation. Où que j’aille, je peux lire l’atmosphère et agir en conséquence. Ce que j’ai préféré dans le programme c’est que cela m’a aidée à être plus intuitive et à acquérir plus facilement des connaissances. Je suis beaucoup plus positive qu’auparavant et je ne me laisse pas affecter par ce qui est négatif. »

 

« Je m’appelle Meghana et je suis en classe N°7(avant dernière année avant le lycée). Je me souviens que le plus difficile pour moi a été de réussir à lire avec mon pied. J’essayais de sentir le mot, lettre par lettre, et finalement le mot arrivait à se matérialiser dans ma tête. Avant, je me serais facilement mise en colère, mais depuis ce cours, je ne le fais plus. Je me contente de penser à ce que ressentirais les personnes contre lesquelles je me mettrais en colère ;  je me mets à leur place. J’avais beaucoup de mal à parler aux autres avant. Maintenant, je les aborde de la manière dont j’aimerais que l’on m’aborde. Je me souviens aussi que c’était très difficile pour moi de trouver le sens caché de certains passages lors des examens où il nous fallait répondre à des questions posées sur le texte. Maintenant, tout cela est beaucoup plus clair dans ma tête e je trouve les réponses  en deux minutes. Il y a un an, en poésie il ne s’agissait pour moi que de trouver les bonnes rimes, mais maintenant j’essaye de faire passer un message au travers des mots. Je vais beaucoup plus vite pour faire mes devoirs à présent car j’arrive à me concentrer. »

 

Bharat, de Sydney, en Australie, nous dit : « J’étais plutôt égoïste, mais au bout d’un moment j’ai appris de quelle manière je pouvais m’entendre avec les gens et partager avec eux. Brighter Minds a fait de moi une personne beaucoup sympa. Cela m’a rendu encore plus proche de mes amis que je ne l’étais avant. »

 

« Lorsque j’ai suivi la formation, le changement le plus remarquable a été que j’ai commencé à essayer de mieux comprendre le monde. La partie du cours que j’ai préférée est celle des activités entreprises vers la fin de la session, car elles m’ont permis de voir tous les progrès que je faisais, de semaine en semaine », dit Mihika, qui lui aussi vit à Sydney, en Australie.

BM, qui a été conçu en Inde, est désormais présent dans 12 pays de l’Asie, l’Amérique, l’Europe et l’Afrique. Ce programme a montré avec succès tous les résultats qu’il permettait d’obtenir dans différents contextes. Même si la façon dont les parents et les formateurs ont accepté ce programme et la satisfaction qu’ils en ont retirée sont tout à fait remarquables, les changements durables de caractère cognitif ou émotionnel que l’on peut en attendre dépendent aussi de la motivation des parents et des personnes ayant la charge des enfants. L’expérience menée à  Mahabubnagar a prouvé que ces programmes sont évolutifs et qu’ils peuvent être appliqués dans de grands secteurs institutionnels en un temps relativement court. Brighter Minds se révèle donc être pour les parents et les spécialistes de l’éducation une opportunité unique et innovante qui changera tout dans l’acquisition des connaissances et dans la vie des enfants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de contacts et recevez toute l'actualité de Brighter Minds.

Merci pour votre inscription !

X