Des choses surprenantes et dont nous ne sommes pas encore conscients.

Aishwarya Urala, Research Officer & Psychologist at IIHMR-Bangalore 

Les neurosciences, ce nouveau champ d’acquisition des connaissances qui pourrait améliorer les capacités des futures générations.

L’apprentissage et les impressions qui nous permettent d’entraîner notre cerveau durant notre enfance ont sur nous un impacte considérable pour le reste de notre vie.  Notre capacité à mieux comprendre et nous adapter à un environnement en perpétuel changement dépend de plusieurs facteurs intrinsèques tels que la plasticité et la flexibilité cognitive, qui sont en relation directe avec l’environnement psycho-social, la nutrition, les expériences, etc. qui marquent notre vie.

C’est pour cette raison que le programme Brighter Minds est un entraînement cognitif qui s’adresse aux enfants et a pour objectif d’améliorer  leurs capacités dans les domaines de la concentration, de l’observation, de la mémoire, de l’empathie, etc. Le projet  actuellement en cours à l’IIHMR de Bangalore se réfère aux conclusions établies dans ce domaine et démontrant l’utilité de telles approches pour les futures générations. Ce projet, prévu pour une durée de 7 mois, se sert du modèle bio-psycho-social pour examiner l’impacte du programme Brighter Minds et il comporte également des stratégies d’intervention pour atteindre des résultats qui engageront les enfants et les adolescents, à savoir, évaluer ces compétences cognitives et émotionnelles et les améliorer.

Historique

Qu’est-ce que la plasticité du cerveau ? Le cerveau serait-il donc plastique ?

Voyons comment tout cela a commencé.

Le terme neuro-plasticité vient du Grec ‘plastikos’ qui signifie formater. (cf. 6 – Mundkur 2005). Et me croirez-vous si je vous dis que notre cerveau est en ce moment en train de perdre et de reconstruire ses neurones ? Nous avons tous entendu parler de la fameuse règle de Hebb selon laquelle les neurones qui s’excitent ensemble se lient entre eux. Ce qui arrive alors, c’est que les neurones et les synapses  qui sont continuellement sollicités sont préservés, alors que ceux dont on ne se sert pas sont coupés. Une expérience précoce aura une énorme incidence sur le développement du cerveau, sur le comportement, l’apprentissage et la mémoire.  Ce processus d’élagage des synapses en excès se poursuit jusqu’à l’âge de 16 ans (cf. 6 – Mundkur, 2005). De ce fait, il se produit une reconfiguration corticale et des changements cellulaires  afin que le cerveau puisse se mettre en phase avec toutes les nouvelles informations qui se présentent dans le temps (cf. 7 – Neuro-plasticité – Introduction à la psychologie 2019).

Et voilà donc votre cerveau qui procède à son propre style de remaniement pendant que vous lisez cet article !

De cette manière, le terme plasticité a tout d’abord été appliqué au comportement, par William James, dans ses « Principes  de Psychologie », en accord avec les idées en cours dans les années 1890 (cf. 3 – Green, 1999). Et la première personne qui utilisa le terme neuro-plasticité fut apparemment le neuroscientifique Polonais Jerzy Konorski, en 1948 (cf. 9 – Warren 2002).

Tout cela concerne le cerveau tout entier. Je dis bien TOUT LE CERVEAU. Alors, imaginez toute la masse que cela représente !

Laissons de côté ces grands mots tels que reconfiguration corticale et changements cellulaires.

Pour illustrer la plasticité d’une manière simple, imaginez que vous laissez l’empreinte d’une feuille sur de l’argile. Pour que cela soit possible, il faut que des changements s’opèrent dans l’argile conformément aux complexités de la feuille que l’on imprime sur sa surface. De même, les circuits nerveux du cerveau  doivent se réorganiser en fonction de l’expérience et de la stimulation imposées par son environnement. Le niveau d’exactitude de la forme qui est reproduite dans le moule dépend de différents facteurs tels que la pression, l’intensité, le type de feuille, etc. , comme pour les différents facteurs que sont la nutrition, les expériences, les dynamiques relationnelles, etc. qui affectent le parcours neuronal durant son développement. C’est aussi simple que cela, et ce n’est pas une théorie à la Einstein, n’est ce pas ?

Alors, que dire de cette Neuro Plasticité lorsqu’il s’agit de neuropsychologie chez les enfants ?

Je vais vous donner un exemple.

On avait diagnostiqué une hydrocéphalie cérébrale congénitale chez Sharon Park, une infirmière du Royaume Uni, lorsqu’elle était encore un bébé. Cette condition se caractérise par une augmentation du fluide cérébro-spinal dans les cavités du cerveau. Les médecins réussirent à drainer ce fluide, mais à la suite de cette opération  elle n’avait pratiquement plus de cerveau au centre. Tout le monde était convaincu que Sharon aurait bien des difficultés et défis à affronter au cours de sa croissance, mais le fait surprenant est que cela se passa normalement, à l’exception d’un léger trouble au niveau de la mémoire à court terme. Grâce au pouvoir de la neuro-plasticité, le cerveau de Sharon fut capable de se reconstituer complètement, et elle put ainsi mener une vie normale en ayant même des compétences cognitives supérieures à la moyenne ! (cf. 7 Neuro-plasticité. Introduction à la Psychologie – 2019).

Entrons maintenant dans un peu plus de détails. C’est un fait établi que la plasticité du cerveau consiste en la capacité de ce cerveau à réorganiser ses circuits neuronaux en fonction de ses expériences.  C’est là une propriété intrinsèque du Système Nerveux Central qui reflète sa capacité à réagir de manière dynamique à son environnement et aux expériences vécues en modifiant le circuit nerveux.  Ce phénomène est lié aux processus de développement du cerveau et il opère durant toute la vie d’une personne (cf. 5 – Mosch et al. 2005, 2 – Duffau 2006, 8 – Taupin 2006, 4 – Kadis et al. 2007).

Les expériences vécues au début de la vie affectent le développement du cerveau et servent de fondation à nos futures acquisitions en ce qui concerne nos connaissances, notre comportement et notre santé. C’est au cours de ces premières années de notre vie que plus d’un milliard de connexions neuronales se forment à chaque seconde.  Après cette période de prolifération rapide, les connexions se réduisent par un processus d‘élagage qui va permettre aux circuits du cerveau de devenir plus efficaces (cf. 10 – Centre pour le développement de l’enfant, 2007).

La capacité qu’a le cerveau de se modifier en fonction des expériences imposées par l’extérieur se réduit lentement avec l’âge  et les compétences cognitives  et autres réactions à des dynamiques à la fois internes et externes se constituent surtout au début de la vie et ne manqueront pas d’être celles qui prévaudront par la suite (cf. 10 – Centre pour le développement de l’enfant, 2007). Les circuits sensoriels et les fonctions cognitives dépendent de la plasticité de ces connexions, mais ce sont les premières expériences vécues  qui vont déterminer la solidité ou la faiblesse de ces circuits ;  la plupart d’entre eux se forment sur une période allant de la naissance au début de l’adolescence. Par conséquent, les expériences vécues à la maison, les relations parents-enfant, etc., du début de la vie sont celles qui préparent un changement qui sera déterminant pour le reste de la vie (cf. 1 –Nelson 2000).  Et cela est également valable pour l’acquisition des connaissances. Vous pouvez donc comprendre désormais que pour savoir pourquoi le cerveau de l’enfant peut gérer les effets négatifs plus rapidement que les adultes, la réponse est dans ce seul mot : neuro-plasticité.

Bon, d’accord. On le sait. Mais que peut-on faire de ce savoir au 21ème siècle ?

Notre compréhension de la manière dont se développe un cerveau normal a beaucoup progressé ces 30 dernières années, mais nous ne sommes encore qu’aux balbutiements de notre compréhension de certains autres facteurs qui vont moduler ce développement.

Comme je l’ai dit, on considérait avant que cela était naturel et simplement dû au hasard, et que nous ne pouvions pas y faire grand chose, mais de nouvelles recherches montrent qu‘il existe des moyens d’améliorer tout cet ensemble de compétences cognitives, et c’est cela que l’on appelle La Formation à l’acquisition des connaissances.

Dans le prochain article, nous vous dirons en quoi consiste cette formation et comment Brighter Minds est un programme unique qui permet d’améliorer cette acquisition des connaissances.

À bientôt.

Bibliographie:

  1. Nelson, C. (2000). Neural plasticity and human development: the role of early experience in sculpting memory systems. Developmental Science 3(2). 115 – 136. doi: 10.1111/1467-7687.00104.
  2. Duffau H. Brain plasticity: from pathophysiologic mechanisms to therapeutic applications. J Clin Neurosci 2006; 13: 885–97
  3. Green, C. (1999). Classics in the history of psychology. Toronto, Ont.: York University.
  4. Kadis D, Iida K, Kerr E, Logan W, McAndrews M, Ochi A, et al Intrahemispheric reorganization of language in children with medically intractable epilepsy of the left hemisphere. J Int Neuropsychol Soc 2007; 13: 505–16.
  5. Mosch S, Max J, Tranel D. A matched lesion analysis of childhood versus adult-onset brain injury due to unilateral stroke. Cog Behav Neurol 2005; 18: 5–17.
  6. Mundkur, N. (2005). Neuroplasticity in children. The Indian Journal of Pediatrics, 72(10), pp.855-857. doi: 10.1007/bf02731115
  7. Neuroplasticity – Boundless Psychology. (n.d.). Neuroplasticity | Introduction to Psychology. Boundless Learning. Retrieved from https://courses.lumenlearning.com/ivytech-psychology1/chapter/neuroplasticity/ on 1 Feb. 2019.
  8. Taupin P. Adult neurogenesis and neuroplasticity. Restorat Neurol Neurosci 2006; 24: 9–15.
  9. Warren J. (2002). Synaptic Self: How Our Brains Become Who We Are. Journal of the Royal Society of Medicine, 95(7), 373–374. doi: 10.1258/jrsm.95.7.373-a

Center on the Developing Child (2007). The Science of Early Childhood Development (InBrief). Harvard University. Retrieved from www.developingchild.harvard.edu. on 1 Feb. 2019.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de contacts et recevez toute l'actualité de Brighter Minds.

Merci pour votre inscription !

X